à l’origine d’une méthode naturelle

Qui était-elle ?

Catherine KOUSMINE est médecin, née en Russie en 1904 et décèdée à Lausanne le 24 Août 1992. Après l’obtention en 1928, de son Doctorat en Médecine, avec la distinction « Lauréate de la Faculté de Lausanne » elle commence d’abord une carrière de pédiatre.

A partir des années 40 le nombre de cancers augmente dans des proportions alarmantes. Au titre de sa clientèle personnelle, elle perds 2 patients enfants atteints de cancer très évolutifs. A la suite de cet épisode douloureux, elle lit tout ce qui a été écrit sur le cancer et constate des lacunes dans la connaissance de la maladie. Alors elle décide de vérifier ce qui a été publié et commence ses propres recherches.

Ses travaux

Elle porteront d’abord sur le cancer via l’étude de souris en laboratoire. Parce qu’elle n’avait pas d’argent pour nourrir les souris avec une nourriture en comprimés comme à l’institut Curie, elle utilise des restes alimentaires qu’elle glane auprès des commerçants. Curieusement, elle observe alors des taux de rémission de près de 50%. Intriguée, elle réalise alors qu’il y a peut être une corrélation entre ces résultats et la nourriture.

Elle passera le reste de sa vie professionnelle à démontrer ce lien. Comme elle est fine observatrice, elle se rend compte que suite à la dernière guerre, la mécanisation et l’industrialisation des produits alimentaires ont complètement modifié la qualité de la nourriture. C’est particulièrement vraie pour les huiles végétales. Elle mets en évidence que cette modification qualitative entraîne une perte dans l’étanchéité des membranes cellulaires. En effet celles-ci sont altérées par une carence en acides gras essentiels. Au niveau de notre système digestif c’est particulièrement dangereux car la muqueuse intestinale ne joue plus son rôle de filtre et laisse passer les agents toxiques.

La méthode Kousmine

A partir de ce constat, elle mettra au point une technique de nettoyage puis de rééquilibrage du corps basée sur 5 piliers. Elle continue de s’informer sur les recherches de ses confrères et adjoint à son traitement les découvertes d’autres chercheurs, par exemple sur les doses massives de vitamines C, ou l’hydrothérapie du colon, la spiruline etc

  • Alimentation saine – 1er pilier
  • Apport de vitamines pour soutenir l’organisme – 2ème pilier
  • Désintoxication du foie grâce au nettoyage de l’intestin – 3ème pilier
  • Rééquilibrage du pH – 4ème pilier
  • Immuno-modulation – 5ème pilier

Forte de ses bons résultats sur de nombreux malades, elle élargit sa technique à d’autres maladies dont la sclérose en plaques. Son succès près du public grandit, en revanche pas auprès des instances médicales officielles.

Après sa mort, l’Association Kousmine Française créée en 1985 reprend ses travaux et continue la recherche. C’est à ce moment là que l’association décide de parler de « Dynamique Kousmine » en hommage à cette femme qui fit évoluer sans cesse son savoir à partir d’une observation de plus en plus fine du vivant.

IMPORTANT Ces informations ont été prises sur le site de l’Association Kousmine Française (AKF) dont je fais partie. Plus de détails ici

Découvrez le travail de la doctoresse Kousmine, le rôle de l’Association, les stages, formations et les livres et parutions autour de son travail.

Télécharger gratuitement son livre « La Sclérose en plaques est guérissable », épuisé en librairie – Ici

Texte de préface du docteur Monique Béjat – Présidente de l’AKF

Le docteur Catherine KOUSMINE (1904-1992) a écrit : « J’aimerais que chacun comprenne qu’il ne peut compter que sur lui-même, qu’il est responsable de sa personne, que le corps dont il dispose doit être géré comme n’importe quel autre bien ».

Et cette réflexion, Catherine BARRITAULT l’a fait sienne lorsqu’elle a dû faire face à une grave et imprévisible maladie neurologique : la sclérose en plaque. Elle nous livre dans les pages qui suivent son parcours pour recouvrer la santé, cette santé dont le Docteur E. Bach disait « qu’elle est notre patrimoine, notre droit ».

Catherine a compris ce que la maladie lui révélait sur son hygiène de vie et son profil émotionnel. Elle a courageusement relevé les défis et gagné la bataille en appliquant les principes de la dynamique KOUSMINE et en intégrant d’autres thérapies alternatives.
C’est donc un message d’espoir pour tous ceux et celles qui luttent contre cette maladie neurologique, la sclérose en plaque, mais aussi contre toutes les maladies.

Oui, nous sommes responsables de notre santé !
Et c’est une bonne nouvelle, puisque nous pouvons agir pour la conserver ou la retrouver.

Merci à Catherine pour ce témoignage. Monique BEJAT,
Présidente de l’Association Kousmine Française
Docteur en Médecine, Thérapeute en nutrition, micronutrition et phytothérapie